Naissance de la civilisation

282 pages
Éditeur : Kontre Kulture

17,00

En stock

Au cours de son histoire, une société donnée élabore des règles traditionnelles de conduite et tout un bagage technique ou de science pratique. Et c’est l’application de ces règles et de ces connaissances à un milieu particulier qui définit une forme d’adaptation. Les différences d’organisation politique ou de techniques de calcul opposant l’Égypte à Sumer s’expliquent par des divergences historiques, et non simplement par le contraste entre la vallée du Nil et la plaine du Tigre et de l’Euphrate ; et moins encore par des différences d’hérédité.

Ce sont les traditions sociales résultant de l’histoire particulière de la communauté qui déterminent le comportement général de ses membres. Considéré sous cet angle collectif, le comportement différent de représentants de deux sociétés s’explique par les divergences historiques de ces sociétés. Telle pourrait être l’ambition légitime d’une psychologie raciale : établir la conduite moyenne de chaque société et rattacher ce type à la biographie historique de la société étudiée. Mais prétendre déduire un comportement général de « dispositions innées » n’est qu’une perversion pseudo scientifique.

Poids 320 g

3 avis pour Naissance de la civilisation

  1. Yéti déporté dans le Benêtland

    Livre facile à lire qui introduit les principes économico-politique-éthique de construction des civilisations, avec panorama comparatif.

    A la fin vous apprenez à faire les multiplications/divisions à la babylonienne, là c’est déjà plus technique ….

    J’en profite pour conseiller un livre très très bon et facile à lire sur l’idéologie de la consommation, c’est à dire le Code relationnel du Capitalisme (que Baudrillard appelle les signes):

    “La société de consommation” de Baudrillard, vraiment bien.

    «Pour pouvoir être produite et consommée, la relation – comme les biens matériels [le bébé gpa acheté], comme la force de travail [la traite négrière Soros-Krupp] et selon la même logique [libérale-libertaire] doit être ‘libérée’, ‘émancipée’ [torch of freedom: nom donné au cigarettes pour libérer la consommation féminine].
    C’est à dire qu’elle doit se dégager de toutes les conventions [par Purinement Sociétal des valeurs] et rituels sociaux traditionnels. C’est la fin de la politesse et de l’étiquette, lesquels sont incompatibles avec les relations fonctionnelles généralisées [du Marché, remplacées la pornographie, la mode et les rapports de force capitalistes, Sade l’avait prévu…]
    La tolérance dans ce contexte n’est plus un trait psychologique où une vertu : c’est une ? MODALITÉ du système lui-même [un lubrifiant hypocrite gôôôchiste de l’enculage capitaliste]. La tolérance morale n’est pas plus grande qu’avant, on a changé de système, et on est passé à la compatibilité fonctionnelle [burqa et ras la touffe, neutres pour ce qui concerne leurs valeurs d’échange … Et le Capital accapare, formate et mercantillise le relationnel, fesses-boucs, meetic …]»

  2. Louis

    Très bon livre.

    Il m’a fait penser à toutes ces discussions pseudo philosophiques ou on essaye toujours d’opposer religion et science/progrès.

    On voit ici que c’est entre autre l’existence d’une classe de prêtre qui a poussé les communautés à chercher des moyens de production plus performants pour les nourrir, qui a poussé a effectuer le commerce de pierres venues d’ailleurs aux propriétés soit disant magiques, et qui a enfin amené à rechercher des méthodes de calcul et d’écriture pour tenir la comptabilité des biens possédés par la divinité (le temple).

    Ce n’est bien sûr qu’une partie du contenu de l’ouvrage qui constitue véritablement une référence pour tous ceux intéressés par l’histoire des débuts de la civilisation.

  3. Carl Andrea

    Parmi les livres sur l’histoire qu’un lecteur d’E&R se doit d’avoir lu, je mettrais L'”Histoire de France” de Jacques Bainville et La “Naissance de la civilisation” de Vere Gordon Childe. Tout deux sont dans leurs domaines respectifs des références de clarté et de pédagogie.

    Le premier est essentiel pour tout Français, car Bainville écrit une histoire géopolitique intelligente, et dont le caractère mythifié permet une certaine incarnation. Le lecteur voit son amour pour la France s’épanouir en lisant ce livre.

    A l’inverse, le livre de Gordon Childe, en s’inscrivant sur le temps long (préhistoire et histoire) s’appuie sur la méthode marxiste et l’archéologie pour nous donner une histoire induite des rapports économiques et des institutions politiques des sociétés humaines à travers les différentes révolutions qualitatives que celles-ci ont connu à travers les âges.
    Si l’auteur semble au premier abord profondément progressiste et anti-conservateur, la lecture du livre, avec son approche éclairant de la complémentarité des notions de progrès et de tradition, permet de nuancé le propos.

    Un ouvrage de science facile d’accès et au combien nécessaire pour penser le réel et le long terme.

Ajouter un Avis