Panier

Votre panier est vide.

Menu

Sociologie du hardeur – Pour une résistance à la pornographie

182 pages
Éditeur : Kontre Kulture
(6 avis)

14,00

En stock

Fréquemment acheté avec ce livre

Kinsey, la face obscure de la révolution sexuelle

UGS : LIV_400 Catégories : , Étiquette :

À l’aube de leurs trente ans, deux camarades se revoient autour d’un sujet qui a vampirisé leur vie d’adolescent : la pornographie. Au collège, Cyril était celui qui, ayant accès à la collection de cassettes porno de son père, organisait des séances de cinéma un peu particulières… Entre confessions et interrogations, les deux protagonistes explorent leur relation à la pornographie : rejet, dégoût, attirance, addiction même… et analysent un phénomène qui avec Internet est de plus en plus répandu, et accessible à des consommateurs de plus en plus jeunes.

Représentations biaisées de la femme, « performances » jetées à la face de jeunes qui ont de moins en moins accès à l’amour, pauvre substitut d’une sexualité de plus en plus agressive, mais également substitut du pauvre, dont le pouvoir d’achat et de séduction le réduit à ne pouvoir plus être que le spectateur de la consommation, la pornographie, pourvoyeuse aussi bien du fantasme que de son assouvissement insatisfait, engendre frustration et mal-être dans un cycle sans fin. Il est temps alors pour nos deux amis en cours de guérison de faire le bilan. Humain, social, psychologique, mais aussi dans sa brutalité marchande : qui produit ? où va l’argent ? dans quel but laisse-t-on ainsi la laideur envahir l’imaginaire ? Quel rapport avec le métissage voulu de l’homme occidental ? avec la « société ouverte », le « progrès », le libéralisme ? Cet avilissement de l’homme, en même temps que celui de la femme, est-il un moyen de son asservissement ? Une étape dans sa disparition programmée ?

 

Lounès Darbois est né en 1982 en région parisienne. Entre études inachevées, petits boulots, débrouille et voyages, il a connu la pauvreté et la solitude. Mais ayant pu côtoyer, dans sa famille, les « derniers feux de la bourgeoisie classique », il était suffisamment armé intellectuellement pour ne pas assister passivement à son propre déclin et entreprendre, non seulement sa rédemption, mais également la mise en perspective de cette arme de destruction massive, ayant pris conscience, avec Soljenitsyne, qu’ « on asservit les peuples plus facilement avec la pornographie qu’avec des miradors ».

 

6 avis pour Sociologie du hardeur – Pour une résistance à la pornographie

Ghostcat

Livre très intéressant de par son contenu, mais aussi par le style assez rafraîchissant de Lounès Darbois.
Etat des lieux sur la situation “pornographique” contemporaine, sur ses dangers et dérives. Et surtout, une fois de plus, on se rend compte de QUI gère le business….très certainement le fruit du “hasard”….

SimonC

Très bon livre, facile à lire, qui décrit avec justesse la misère qu’est la pornographie mis à sciemment à la vue d’yeux trop jeune.

hakim

Excellent bouquin, tres subversif…je trouve que l’auteur fait un excellent compte rendu de la realite sur limpact nocif du porno dans les relations hommes/femmes …je voudrais feliciter l’auteur pour son analyse critique tres pertinente ainsi que son travail personel de longue haleine jimagine concernant les dessous et les financements de lindustrie du X. Enfin pour conclure je souhaite dire merci a kontre kulture pour avoir edite un livre comme celui la.
Ami public je vous le conseille vivement.

Geoffrey

J’ai 23 ans. J’ai Rigoler , hésité a pleurer par moments. On est dans la liberté d’expression, on est dans le vrai. L’authentique. Merci KontreKulture, merci a Darbois Lounès !

Arctarus

Un livre très plaisant à lire qui prend la forme d’une discussion entre 2 anciens potes qui se retrouvent. L’un à beaucoup de choses à dire à l’autre à propos de la pornographie et tout ce qui en découle… Autour de la pornographie il analyse de façon détaillée en quoi la pornographie est un cheval de Troie à bien des maux actuels et à venir pour notre pays. A lire sans modération !

Laurent Guyénot

Un livre très fort, totalement célinien, tant par la forme que par l’esprit ; un livre qui éclaire le fond du cloaque sans tabou, en nommant une enculade une enculade, et qui pourtant est d’une grande pudeur, parce qu’il dirige notre regard sur la violence spirituelle de cette industrie démoniaque. Dans ce domaine, l’obscénité serait de tourner autour du pot à merde en détournant le regard par des généralités. Du très grand art, à mon avis, niveau prophétique. Et un acte de courage digne de reconnaissance, car il faut mesurer tout le labeur, aussi bien dans l’exploration des bas-fonds de l’enfer que dans la mise en forme littéraire, extrêmement travaillée. Le plus extraordinaire, c’est qu’après avoir lu ce livre, on ne se sent pas souillé par le sujet, mais au contraire purifié, réveillé comme après une bonne douche froide. En tout cas, informé, Eyes wide open. Et il ne s’agit pas que de pornographie: Darbois nous entraîne loin, très loin dans le constat de notre lâcheté collective et du prix qu’en paieront les générations futures.

Jean Baptiste

Cela fait vraiment plaisir de voir votre commentaire sur le livre de Lounes Darbois. Je me souviens avoir lu votre livre, le livre noir de l’industrie rose, et je l’avais déjà trouvé très enrichissant et anticipateur, n’ayant presque pas pris de rides malgré l’année de sa parution. Vous me donnez donc vraiment envie de lire la sociologie du hardeur que je mets en priorité dans ma PAL.

Ajouter un Avis