Youssef Hindi et la recherche de la morale commune

Youssef Hindi a seulement trente-six ans, il est chercheur, essayiste et analyste. Son oeuvre est de tenter une nécessaire réconciliation entre le nord et le sud de la Méditerranée, la restauration de la souveraineté populaire face au mondialisme et le régime des banques. Il est croyant, cultivé, partisan du nécessaire dialogue islamo-chrétien autour de nos valeurs communes. Né au Maroc, il a grandi en France, fréquenté un collège privé catholique puis étudié à la fac ; il est une synthèse de plusieurs cultures unies par une juste morale.

Sans cette morale commune, qui n’est pas sans rappeler les analyses de JC Michéa, il n’y a pas de société possible. S’il l’un est marxiste assumé, Hindi est musulman pratiquant. Occident et Islam, la mythologie de la laicité et dernièrement L’autre Zemmour sont ses essais les plus marquants. Il mentionne l’absence de vision d’ensemble et de projet d’une laicité issue des sectes philosophiques du XIXème siècle, développée pour favoriser l’essor d’un capitalisme apatride, briser les identités, permettre les perversions et l’enrichissement de quelques uns. 

Visionnaire, il avait prévu dès 2016 les révoltes populaires du type gilets jaunes, mouvement qu’il a soutenu en tentant d’associer les quartiers périphériques au petit peuple provincial venu crier sa colère face à des dirigeants injustes et brutaux. Hindi nous démontre, dans sa dernière publication, que Zemmour n’a pas l’exclusivité de la critique d’un système dont il est par ailleurs membre à part entière, c’est la trame d’une remise en cause du chouchou des médias crédité de 13% d’intentions de vote aux présidentielles. Il s’offre un droit de réponse au totem médiatique.

Surtout, Youssef Hindi nous donne une autre image de l’islam que celle des banlieues désoeuvrées et livrées aux trafiquants qui prient dans la journée à la mosquée du coin et pratiquent leur “bizness” la nuit. Une conception erronée de la religion dans des secteurs pauvres où l’état républicain s’est retiré depuis trente ans. L’affaire de Trappes, l’assassinat de Samuel Paty, constituent un choc culturel marqué d’incompréhensions et de mépris mutuels.

Bien entendu, vous ne verrez pas cet auteur anti-conformiste à la TV. Il est certainement classé “complotiste“, “agitateur d’angoisse” voire fiché “s”(?) comme le sont parait-il certains intellectuels. La marque de fabrique de ceux qui contestent les idéologies dominantes qui engendrent séparatisme (qu’est-ce que le libéralisme économique sinon le chacun pour soi ?), violence, incivilités, mépris de l’autre et déviances sexuelles. Pas d’éducation commune des plus jeunes sans morale commune qui fait société : le juste rôle de la religion est de fixer les règles.

Hindi est intéressant par ses échanges avec les chrétiens patriotes, la dénonciation des infiltrations maçonniques dans l’église, il est d’ailleurs conseiller en géopolitique pour l’association Civitas, ce qui démontre les liens unissant chrétiens et musulmans autour du bon sens et de nos valeurs partagées.

A une époque où il est encouragé de cracher sur les musulmans et les croyances d’une manière générale, lire Youssef Hindi permet de comprendre les mécanismes d’un processus visant à détruire le fait religieux pour permettre de diviser afin de régner sur un peuple soumis et divisé. Merci à lui pour ses travaux qui nous offrent une bouffée d’oxygène bienvenue…

Par Vers Saint-Gétorix, mardi 23 février 2021, agoravox.fr : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/youssef-hindi-et-la-recherche-de-231032

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.