Judéo-christianisme – Travestissement historique et contre-sens idéologique

315 pages
Éditeur : Kontre Kulture

21,50

En stock

Le concept de « judéo-christianisme », mis en avant par le concile Vatican II, est si souvent évoqué pour qualifier notre civilisation – en particulier dans la perspective d’un choc contre celle de l’Islam –, devenu si banal, qu’on oublie souvent de s’y arrêter. Que veut-il dire ? Quelle est sa réalité ? En a-t-il même une ?

Alors qu’avec Constantin Ier le christianisme s’imposait au monde gréco-romain, le talmudisme, qui prétend éclairer la Torah par une compilation de Lois orales d’origine rabbinique, devenait la « nouvelle acception d’un judaïsme définitivement dégagé du culte sacerdotal judéen ». Judaïsme post-chrétien traitant de règles et de prescriptions, dans lequel le mot « foi » – « mot creux » selon Daniel Horowitz – est singulièrement absent. Dès lors, que peut-on dire de cette prétendue filiation qui lierait le christianisme au judaïsme ?

Pour répondre à cette question, l’auteur est retourné aux temps de l’écriture des textes bibliques. Il a puisé au cœur de l’archéologie, relevant les différents anachronismes, les acrobaties logiques, historiques et linguistiques « au service du mythe politique de la terre d’Israël occupée continûment depuis plus de trois mille ans par le peuple d’Abraham à qui Yahvé l’a dévolue ». Temple de Salomon, royaume d’Israël, royaume de Juda, Exode, exil à Babylone sont ainsi remis dans leur réalité historique, loin de la propagande messianique sur laquelle s’appuie la création de l’État sioniste. Rédigée en hébreu, langue propice aux interprétations multiples, la Torah s’est inspirée des mythes et traditions de cultures bien plus anciennes dans lesquelles le peuple juif baignait, et contre lesquelles, pour affirmer sa spécificité, il a conçu Yahvé, dieu personnifiant les aspirations juives : vengeur, ethnocentrique et jaloux. Ainsi, « ce sera tout le sens de la venue du Christ et de sa lutte dans l’émergence du monde des pharisiens, que d’essayer de prévenir le peuple juif de l’approche biaisée qui lui est donnée de l’idée de Dieu ».

Claude Timmerman est un biologiste, statisticien, spécialiste de la génétique des populations diplômé de l’ENS. Catholique traditionaliste, il a participé régulièrement au Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Courtoisie et publié des articles sur différents médias, tels que Rivarol, Boulevard Voltaire ou Medias-presse.info. Il a entrepris depuis une dizaine d’années des recherches sur les origines historiques du peuple juif.

Poids 420 g

3 avis pour Judéo-christianisme – Travestissement historique et contre-sens idéologique

  1. vasionensis

    C’est passionnant, concernant l’évolution du judaïsme depuis le mythique Sinaï.
    D’autant plus que les chrétiens moyens ne dépassent guère la Genèse et l’Exode.
    Il aurait été tout aussi passionnant de suivre l’évolution du catholicisme depuis les Evangiles.
    D’autant plus que (idem) les chrétiens moyens ignorent la contribution des Pères de l’Eglise et des conciles, dont celui de Nicée en 325 qui, si je ne me trompe, a ‘définitivement’ établi la divinité de Jésus, objet de scandale pour la Synagogue.
    Cela aurait éclairé le caractère irréconciliable de la divergence entre Eglise et Synagogue – et la trahison actuelle de la Papauté envers celui dont elle se dit le vicariat.
    Mais, je le répète, ce livre est passionnant. Il mériterait un second tome pour les raisons que je viens de dire.

  2. Boulay Aleth

    Bonjour à tous ,
    Ma réponse est toute simple et je vous propose de découvrir à vôtre tour le petit “Livre sur les kHAZZARS ”
    livre rédigé par un américain : Benjamin Friedman , dont les ancêtres sont KHAZZARS ce qui fait de lui l’auteur
    le plus qualifié pour développer ce sujet d’une actualité brûlante…jugez par vous-même en lisant la suite !
    Les Khazzars sont les descendants de peuplades turco-mongoles sauvages , guerrières et conquèrantes et aux
    comportements si dépravés et si cruels que leur roi s’avisa un jour de canaliser tout ce petit monde en le soumettant
    à une religion avec des lois et des règles imposées afin de le civiliser un peu ! Sur les trois religions en concurrence
    devinez laquelle fut retenue….?…? et bien ce fut la religion juive condamnée à disparaître en raison des ses préceptes devenus obsolètes après que le Messie Jésus-Christ se soit manifesté et établi SON ECLISE sur la
    terre …les promesses divines étaient accomplies et le Sanhédrin et ses lois rigides n’avaient plus de raisons
    d’exister ( qui d’un peu sensé aurait voulu se plier à toutes ses règles dépassées et obsolètes , seul demeurait
    le commandement de l’amour : Aimer Dieu , Aimer son prochain ! mais satan n’avait pas désarmé sa haine contre
    Dieu et les hommes ses enfants et il continuait à souffler sur les braises… la suite c’est à vous de la découvrir si
    vous êtes assez malin et intèressé : vous avez le nom de l’auteur et de son ouvrage : alors ? Au BOULOT !
    et bonne lecture : vous ne serez pas déçu , ça je vous le promet !
    Cordialement
    A B

  3. AugustinCochin

    Peut-on laisser des commentaires négatifs ?
    J’ai une recension critique fort intéressante dans le numéro 108 du « Sel de la Terre », il s’avère que l’auteur est en contradiction avec la vision catholique de l’Ancien Testament et du peuple juif, comme faisaient les nationaux-socialistes allemands, ce qui a été dénoncé par Pie XI dans son encyclique du 14 mars 1937 : « Mit brennender Sorge – Sur la situation de l’Église catholique dans l’Empire allemand ».
    En bref, il confond le peuple juif de l’Ancien Testament avec les pharisiens talmudistes qui en sont sortis, après l’arrivée du Christ.
    À bon entendeur

Ajouter un Avis